Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/03/2011

L'Union européenne et les multinationales pharmaceutiques INTERDISENT la Planète Terre

 

head.jpg

 

Imaginez votre enfant ou votre conjoint gravement malade...
Il existe un remède naturel et sans danger ni effets secondaires, qui pourrait peut-être le guérir...
Mais l'Union Européenne vous interdit de l'utiliser.

Au contraire, les autorités vous obligent à lui administrer des médicaments chimiques aux effets secondaires potentiellement gravissimes.
Vous n'avez aucun choix...
Ce cauchemar absurde, c'est une réalité imminente qui menace l'Europe et tout ses habitants, vous et moi y compris.
Après des années de lobbying, les multinationales pharmaceutiques sont en train de parvenir à leur but.
Une directive draconnienne de l'Union Européenne est sur le point (2011) de nous interdire de nombreux remèdes médicinaux à base de plantes utilisées depuis des milliers d'années et sans les effets secondaires des médicaments modernes issus de la pétrochimie.
Des centaines de plantes européennes sont concernées mais également toutes les plantes de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) et toutes celles de l'Ayurveda (médecine indienne) !

Il s'agit de la directive THMPD (Traditional Health Medical Products Directive), qui doit entrer en vigueur le 30 avril 2011.

C'est une offensive sans précédent contre notre droit de nous soigner autrement.
Et le but est extrèmement clair : sécuriser des milliards d'euros de profits pour l'industrie pharmaceutique, pour les années à venir, en obligeant les malades à recourir à leurs médicaments, faute d'alternative.

Mais il y a un espoir, une association très organisée et très active au niveau européen, the Alliance for Natural Health (l'alliance pour la santé naturelle), ANH est en train de déposer un recours.
Elle est soutenue par la European Benfyt Foundation (EFB) dans sa démarche.
(...)

Il est possible qu'elle parvienne à faire comdamner l'Union Européenne pour abus de pouvoir.
Cela permettrait de stopper la mise en application de cette directive.
Le problème, c'est qu'aucune initiative populaire de grande ampleur, aucun grand mouvement de citoyens européens ne s'est formé pour apporter son soutien à l'ANH.
C'est pourquoi des patients, des citoyens ont décidés de former un Collectif de solidarité et nous faisons appel à vous de toute urgence.

Je me permets de vous demander : faites maintenant un geste symbolique fort en signant la pétition contre la nouvelle directive européenne, et pour la défense de la santé naturelle en Europe, en soutien à l'ANH.
Nous avons besoin de centaines de milliers de signatures pour contrer la directive THMPD.
(...)

La directive THMPD aussi appelée Directive 2004/24/EC de l'Union Européenne, impose une nouvelle procédure d'agrément pour les préparations thérapeutiques à base de plantes.
Toutes ces préparations y compris celle d'un usage courant depuis des milliers d'années, devront suivre une procédure d'agrément similaire à celles des médicaments à compter du 30 avril 2011.
Autrement dit, les fabricants devront fournir des rapports d'experts, des études, des dossiers qui coûtent des fortunes.
On parle de 105000 à 180000 euros par plante.
Le problème, c'est que producteurs d'herbes médicinales n'ont absolument pas les moyens des multinationales pharmaceutiques.
La plupart ramassent les plantes dans la nature à l'état sauvage ! de façon artisanale !
Cette directive revient donc de facto à euthanasier un pan principal des médecines douces basées sur les plantes : phytothérapie, herboristerie, plus l'intégralité des traditions chnoises, indiennes, amazoniennes et africaines accessibles aujourd'hui sur le sol européen.

L'Europe a déjà fait exactement la même chose avec les compléments alimentaires en 2006.
Une nouvelle procédure d'agrément avait été créée par l'Agence Européennes des Aliments (EFSA).
La député européenne Michelle Rivasi a témoigné du résultat le 14 décembre 2010.
"A ce jour, plus de 95% des dossiers d'allégations déposés pour des produits à base de plantes ont reçu un avis négatif de l'EFSA."
"Trop rigoureuse ou calquée sur des procédures propres aux médicaments, l'EFSA prend sa décision sur très peu de données et rejette des allégations pourtant déjà autorisées dans plusieurs pays européens."
Il n'y a aucun doute que la même chose va se produire pour les plantes médicinales.

Non seulement ce sera la fin de milliers de plantes européennes, chinoises et ayurvédiques en Europe, mais "seront jetés dans l'illégalité des multitudes de remèdes créoles, berrichons, tibétains, nigériens ou cévenols" qui ne justifieront pas des "éléments bibliographiques appropriés", selon l'expert herboriste Thierry Thévenin.

Le timing de cette directive ne doit rien au hasard. Il y a urgence en effet.

L'industrie pharmaceutique a besoin de cette directive pour conforter sa position dominante à un moment où elle se trouve radicalement remise en cause.
Sa crédibilité a été fortement entamée dans l'affaire du Vioxx, de l'Avandia, du Mediator et maintenant du Buflomédil.
Des spécialistes parlent de dizaines, de centaines de médicaments toxiques qu'il faudrait interdire.
C'est pourquoi il est plus qu'urgent pour l'industrie pharmaceutique de nous couper toute alternative possible.
Et la nouvelle directive européenne représente pour elle le Saint-Graal, qui lui garantira ses milliards de profits annuels, pour des dizaines d'années.

Indignez-vous, SIGNEZ la pétition ici : http://www.defensemedecinenaturelle.eu/signerlapetition.php

 

Les commentaires sont fermés.